Historique des recherches (6) : les travaux de L.-G. Pothier

L.-G. Pothier compte parmi les principaux chercheurs sur le site du Châtelet au XIXe s. Ses recherches de terrain ont porté sur un « ouvrage souterrain » signalé par A. Phulpin à proximité du monument de la Haute-Borne. Il dirige des fouilles sur l’ouvrage entre 1846 et 1849, et rédige des rapports extrêmement détaillés, qui sont actuellement conservés à la Bibliothèque de Chaumont. Il propose d’interpréter les vestiges souterrains de la Haute-Borne comme appartenant à un aqueduc et publie les principaux résultats dans les années 1860. On lui doit en outre une monographie publiée en 1856 (Lepage, 1992, p. 61-135). Le manuscrit ayant servi à la publication est conservé à la Bibliothèque de Chaumont (ms, 147), agrémenté de dessins de E. Royer, en partie publiés par L. Lepage en 1992.

Les fouilles des années 1848-1849

Pothier signale que des explorations du plateau eurent lieu vers 1848-1849, avec l’accord de M. Paillette, alors propriétaire des forges de Bayard et d’une partie du plateau du Châtelet (Pothier, 1856=Lepage, 1992, p. 66). Pothier signale qu’une partie du mobilier est restée en possession de la famille Paillette, le reste étant vendu à des collectionneurs. E. Royer aurait acheté une partie de celui-ci, il semble conservé au musée de Chaumont (52). C’est probablement les dessins de ces objets qui figurent dans le manuscrit Pothier de la Bibliothèque de Chaumont. Ces dessins ont été publiés par L. Lepage (1992). Les recherches auraient révélé « une dizaine de caves ou d’édicules sur deux lignes parfaitement droites et parallèles », peut-être disposées de part et d’autre d’une rue (Lepage, 1992, p. 86). Parmi les découvertes signalées par Pothier (Lepage, 1992, p. 75), il faut signaler une cave qui a livré un vase en céramique métallescente trévire portant les lettres P I E (IIIe s. ap.). La présence de nombreux objets mérovingiens (scramasaxe, plaque boucles) suggère que cette partie de l’agglomération antique a été recouvert par une nécropole du début du Moyen-âge (Lepage, 1992, p. 78). Il émet l’hypothèse de la présence d’une basilique du haut Moyen-Âge associée à cette nécropole (Lepage, 1992, p. 87). Il faut cependant relever qu’elle n’est pas fondée sur des arguments matériels, mais qu’elle découle d’une part d’une mauvaise interprétation d’estampilles sur céramique sigillée du Haut-Empire, que Pothier considère à tort comme chrétiennes, et d’autre part de la présence de la nécropole mérovingienne.

Sources :

Lepage, L. (1992) : La Ville gallo-romaine du Châtelet de Gourzon en Haute-Marne, II. Les travaux et les fouilles des XIXème et XXème siècles, Saint-Dizier : Editions du CERPHM.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.