Historiques des recherches (7) : un Qanat à Gourzon ?

Un ouvrage hydraulique énigmatique, situé à l’est de ville antique, le long de la voie romaine en direction de Nasium au lieudit la Haute-Borne (commune de Fontaines-sur-Marne), a généralement été interprété comme aqueduc depuis le XIXe siècle. D’importantes fouilles ont été réalisées sur l’ouvrage par L. G. Pothier qui en a publié les résultats essentiels. Les copies de ses rapports de fouille permettent de réinterpréter ses découvertes et d’exclure que cet ouvrage soit un aqueduc au sens canonique du terme.

Les fouilles de 1846-1849 ont permis de dégager un alignement de 20 puits creusés dans le roc, dont Pothier a donné un plan et une coupe à grande échelle . Le plan indique les orifices de vingt puits (A à S) établis en ligne droite d’est en est, distants 8,22 m de centre à centre, à compter d u centre de l’un au centre de l’autre ; un puits T situé sous ou sur la  voie romaine, faisant partie d’une autre ligne ou série qui semble devoir aboutir au puits inférieur de la série principale.

Coupe de l’aqueduc / qanat à Fontaines-sur-Marne par L.-G. Pothier. Doc. SRA Grand-Est, cl. M. Kasprzyk

Les puits sont reliés à leur base par un conduit, qui n’est pas recouvert d’un enduit ou de béton hydraulique, mais forme une rigole. Dans celle-ci, L.-G. Pothier a recueilli des frettes en fer servant à relier des tuyaux de bois, mais aussi des monnaies romaines du Haut-Empire dont une de l’empereur Auguste.

L’exutoire du conduit, très restauré au XIXe s. est encore visible sur le terrain, mais ne permet pas de se faire une idée concrète de l’aménagement initial.

Exutoire du Qanat de Fontaines-sur-Marne. Source : wikipedia.fr Cl. Sanclaste. Wikipedia CC BY-SA 3.0

L’absence de béton hydraulique dans le canal, la succession rapide de puits de regard indique à l’évidence que l’on est face à un captage de type Qanat, c’est à dire un ouvrage constitué d’un ensemble de puits verticaux reliés par une conduite en légère pente qui conduit l’eau en direction d’une exsurgence. À la différence d’un aqueduc, ce n’est pas une source que l’on capte mais la nappe phréatique. Bien que ce type d’aménagement ait été défini a partir de découvertes effectuées en Perse, il a été découvert à plusieurs reprises en Gaule et particulièrement en Gaule du nord-est comme à Grand (Vosges), où le centre du site antique est alimenté par un complexe réseau de ce type. D’autres découvertes ont récemment été effectuées dans le sud de la France dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive. À Gourzon, la destination de l’eau est inconnue : probablement non destinée à l’irrigation, elle alimentait peut-être, à titre d’hypothèse, un bâtiment en contrebas de la partie orientale de l’agglomération. L’analyse de cet ouvrage serait sans doute à compléter avec des prospections géophysiques.

 

Historique des recherches (6) : les travaux de L.-G. Pothier

L.-G. Pothier compte parmi les principaux chercheurs sur le site du Châtelet au XIXe s. Ses recherches de terrain ont porté sur un “ouvrage souterrain” signalé par A. Phulpin à proximité du monument de la Haute-Borne. Il dirige des fouilles sur l’ouvrage entre 1846 et 1849, et rédige des rapports extrêmement détaillés, qui sont actuellement conservés à la Bibliothèque de Chaumont. Il propose d’interpréter les vestiges souterrains de la Haute-Borne comme appartenant à un aqueduc et publie les principaux résultats dans les années 1860. On lui doit en outre une monographie publiée en 1856 (Lepage, 1992, p. 61-135). Le manuscrit ayant servi à la publication est conservé à la Bibliothèque de Chaumont (ms, 147), agrémenté de dessins de E. Royer, en partie publiés par L. Lepage en 1992.

Les fouilles des années 1848-1849

Pothier signale que des explorations du plateau eurent lieu vers 1848-1849, avec l’accord de M. Paillette, alors propriétaire des forges de Bayard et d’une partie du plateau du Châtelet (Pothier, 1856=Lepage, 1992, p. 66). Pothier signale qu’une partie du mobilier est restée en possession de la famille Paillette, le reste étant vendu à des collectionneurs. E. Royer aurait acheté une partie de celui-ci, il semble conservé au musée de Chaumont (52). C’est probablement les dessins de ces objets qui figurent dans le manuscrit Pothier de la Bibliothèque de Chaumont. Ces dessins ont été publiés par L. Lepage (1992). Les recherches auraient révélé « une dizaine de caves ou d’édicules sur deux lignes parfaitement droites et parallèles », peut-être disposées de part et d’autre d’une rue (Lepage, 1992, p. 86). Parmi les découvertes signalées par Pothier (Lepage, 1992, p. 75), il faut signaler une cave qui a livré un vase en céramique métallescente trévire portant les lettres P I E (IIIe s. ap.). La présence de nombreux objets mérovingiens (scramasaxe, plaque boucles) suggère que cette partie de l’agglomération antique a été recouvert par une nécropole du début du Moyen-âge (Lepage, 1992, p. 78). Il émet l’hypothèse de la présence d’une basilique du haut Moyen-Âge associée à cette nécropole (Lepage, 1992, p. 87). Il faut cependant relever qu’elle n’est pas fondée sur des arguments matériels, mais qu’elle découle d’une part d’une mauvaise interprétation d’estampilles sur céramique sigillée du Haut-Empire, que Pothier considère à tort comme chrétiennes, et d’autre part de la présence de la nécropole mérovingienne.

Sources :

Lepage, L. (1992) : La Ville gallo-romaine du Châtelet de Gourzon en Haute-Marne, II. Les travaux et les fouilles des XIXème et XXème siècles, Saint-Dizier : Editions du CERPHM.